En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Bac GMNF

Voyage d'études dans les Cévennes

Par Sylvain LE-GUILLOUX, publié le samedi 23 novembre 2019 18:13 - Mis à jour le mercredi 27 novembre 2019 09:32
voyageGMNF2019.png
Du lundi 18 au vendredi 22 novembre, les élèves de la classe de terminale GMNF sont partis explorer le Parc national des Cévennes

C'est à 9h30 que la classe est partie accompagnée de Mme Bonhomme, M. Le Guilloux et de M. Mousset qui avait la double casquette d'enseignant et de chauffeur du bus.
Ils ont été hébergés au centre d’accueil des Cévennes à Florac, ce qui leur a permis de rayonner sur le Parc.

Choisie pour son patrimoine naturel mondialement reconnu, ses problématiques de gestion multiples et la diversité des acteurs intervenant dans sa protection, la destination était pleine de promesses, largement tenues.

Le voyage mêlait approche sensible et technique. Trois structures impliquées dans la gestion et la conservation de ce patrimoine de la géographie française ont été visitées :

- Le Parc National des Cévennes tout d'abord, acteur historique

- Entente Causse & Cévennes, en charge de l'inscription du massif au patrimoine mondial de l'UNESCO

- Le centre d'interprétation « Biosphera », outil de gestion et de sensibilisation dont la communauté de communes des Hautes Vallées Cévenoles (près d'Ales) s'est dotée récemment.

Le groupe d'élèves, a parcouru en immersions naturaliste le « chaos de Nîmes le vieux » sur le Causse Méjean, curiosité géologique suggérant une ville effondrée et refuge, malgré l'austérité apparente, d'une incroyable biodiversité. Le petit village du Pont de Montvert rallié par les chemins muletiers imprimait dans les esprits la douceur des petites habitations huguenotes et la vivacité des eaux qui sourdaient de toute part. Plus tard, l'Aigoual et ses 1565 mètres cinglait les visages de cristaux de glace arrachés à ses pentes par les vents les plus rapides de France.

Ce voyage que les conditions météorologiques ont parfois rendu inconfortable, restera malgré tout parmi les plus beaux réalisés par la filière.